Bonjour.

Chers amis audiophiles

Nous sommes fin avril 2017.Je vais vous faire un retour d’expérience, concernant un H.P.

Large bande de qualité, qui n’a pas fini de me surprendre, à savoir un H.P. de la marque « FERTIN ACOUSTICS ». Le H.P est un model d’entrée de gamme : le 21wla. L’entrée de gamme ne signifie en aucun cas qualité basique, mais je le qualifierais de standard très haut de gamme ; là ou le choix des matériaux, leur usinage, épaisseur : « usiné dans la masse », le saladier moulé injecté et non embouti, le bornier du HP qui est un vrai bornier identique à celui des meilleures enceintes avec ses vis en laiton crantées, pouvant recevoir les plus gros câbles HP.

La membrane. Ah ! la membrane. Fine légère (papier) un profil exponentiel, diamètre bobine mobile 38mm environs. Et oui, pour pouvoir monter dans les aigus, entre fer visiblement étroit, énorme aiment ferrite, il doit avoir un bon rendement, suspension moyenne semblant avoir un bon débattement, allié au diamètre de 21 cm et oui pour le grave.


 Mes premiers essais dans un baffle plan : présence, clarté, ampleur Mais déception : beaucoup trop de ce haut médium, caractérisant ce qu’il se dit de tout L.B. qui se respecte. Eh! Oui. Il faut le savoir Un H.P. conçus pour faire le grand écart entre grave voir extrême grave, et le registre des aigus, cela s’apprend ; cela s’appelle le rodage. Comme un moteur de voiture. Le HP est un moteur (équipage mobile + circuit magnétique) A savoir : Dans une chaine haute fidélité, chaque maillon (élément) a son rodage spécifique qui lui est propre. Rodage. Donc ; combien ? Ce sont les matériaux qui l’exigent. Surtout ceux composant l’équipage mobile du HP. Environs 300 heures, après la première mise en service. A la livraison, ils ont subit 10 heures de tests. Eh ! Oui, cela fait presque 6 mois à raison de 2 heures par jour. On peut faire 3 mois à 4 heures, c’est le prix de l’excellence.

Le HP s’ouvre. Parfois en une journée il progresse, il monte un peu plus dans les aigus, un peu moins de médium. Tiens dans ce morceau plus de basses qu’il y a 2 jours. Il s’affine, vers l’excellence. Une seule membrane, une seule restitution, d’un seul matériau, une couleur. Type déclinée à l’infini de tous les instruments pas de trainage dans le grave, c’est tendu, ça percute « enceinte type T.Q.W. et sa corne de résonance. La progression semble ne jamais devoir s’arrêter, et je n’exagère pas. C’est presque je dirais « magique » on change de disque, de musique, l’univers sonore se transforme évolue vers du mieux, transparence, placement des musiciens jamais encore ressenti de la sorte, profondeur de la scène sonore, équilibre des canaux droite et gauche d’une précision que je n’avais pas encore eu le loisir d’écouter.

Aller, j’arrêterai là. Je vais vous laisser les écouter. Ils valent le détour et aussi le déplacement. Peut être les meilleurs hauts parleurs ? Je n’ose pas répondre. La musique et un ressenti personnel. On aime ou on n’aime pas. Oui, je suis conquis. Mais c’est à vous de faire maintenant l’expérience. Sans filtre, sans filet, juste quelques planches que vous prendrez soins de bien assembler, faites leur une belle finition et « régalez vous…C’est du pur nectar. Et appréciez votre musique dans votre salon.


Suite et fin de mes observations. Nous sommes le 12/mai 2017

Depuis ce matin, j’enchaine écoute sur écoute de mes 21wla. Changement de genre, chanteuse de jazz ; sa voix d’une fraîcheur étonnante, une présence époustouflante, elle est devant nous. Le piano, sa taille est restituée, ici semble-t il un piano à queue ; on sent qu’il a du coffre, beaux timbres, aigus cristallins, belle restitution, ampleur, stabilité de l’image stéréophonique, magnifique, on est littéralement dans le studio, chaque musicien est à sa place, la scène sonore est là devant nous, à quelques mètres, on est dans le studio. Il serait possible de circuler entre les différents pupitres.

Belle restitution des timbres donc. Et l’équaliseur qui fait se révolter certains, il provoque des rotations de phase, c’est de la sono, « pas de la haute fidélité », de plus un large bande a tendance à reproduire plus de médium = Bande passante trop courte il faut aussi rajouter un tweeter dans ce cas, je dis pourquoi construire une enceinte L.B. si l’on vas vers 2 ou 3 voies.

Voici ma conclusion. Ces larges bandes donnent beaucoup, vraiment beaucoup. Ils savent s’adapter. Je réutilise quelques fois l’équaliseur, quand la prise de son de l’enregistrement ne me convient pas : manque de basse et d’aigus… Ils sont bien là, mais insuffisants à mon gout. Alors oui j’en rajoute avec l’équaliseur (appareil qu’il vaut mieux utiliser numérique d’un bout à l’autre de la chaîne audio). Il sert aussi à équilibrer le rendu de la musique (haut rendement du HP et toniques désagréable de la pièce ici catastrophique : carrelage et doublage B.A 13 au mur, la pièce est aussi très meublée. Donc je travaille ma courbe à l’oreille selon la prise de son et ce que je veux entendre. C’est vraiment du concert. Voila. C’est tout. J’utilise un préréglage sur l’équaliseur que je retouche légèrement selon les prises de son et ce que j‘aime entendre, sans prise de tête sans penser au quand dira t’on. Et puis le disque suivant, je supprime la correction parce que je trouve cela mieux. Le rodage n’est peut être pas encore terminé ! 8 mois et quelques centaines d’heures d’écoutes fantastiques.

Je redécouvre tous mes disques et les prises de son si différentes et que je pensais connaître, j’ai déjà hâte de passer au disque suivant que j’ai sélectionné.

Vivement le prochain disque.

Voilà. Jean Jacques de Chelles